Accueil > Actualité > En vrac...

En vrac...

mercredi 20 avril 2011, par Abbé Philippe Laguérie

Quelques nouvelles, en cette grande semaine, avant de célébrer avec vous le triomphe éternel du Christ et son entrée dans la gloire.

L’abbé Berche est revenu à l’hôpital Raymond Poincaré de Garches (Même Bîtiment, ch. 111). Il se porte mieux. La motricité s’améliore, le langage aussi. Il a perdu 4 kilos et retrouvé le sourire des meilleurs jours. Reste que l’handicape de base est lourd et que la période de convalescence fondamentale de un an et demi/deux ans va toucher à son terme sans le rétablissement complet tant espéré. Prions pour ce prêtre souffrant du Bon-Pasteur, qui a fait ses Pâques avec conviction, ne manque pas son chapelet quotidien et garde dans les épreuves une patience et un abandon hors du commun…

Je serai le premier mai au Centre Saint-Paul, qui fête ses six ans d’existence ce jour-là et j’y célèbrerai la grand’messe de 11h00. Je vous invite tous à cette juste action de grâce pour le travail magnifique accompli par ces prêtres du Bon-Pasteur dans des conditions pourtant précaires. Le programme de cette belle journée est intégralement sur le Meta Blog de M. l’abbé de Tanouärn.

Je vous invite également à retenir la date du samedi 25 juin pour les ordinations majeures du Bon-Pasteur à Saint-Eloi de Bordeaux. Avec la bienveillance du cardinal Ricard, Archevêque des lieux, Son Em. Le Cardinal Castrillon-Hoyos confèrera le sacerdoce à M. l’abbé Rémy Baltasar et donnera le diaconat à quatre séminaristes de Courtalain. Deux de ces diacres sont les premiers à devoir entièrement leur formation au séminaire Saint-Vincent de Courtalain. C’est une belle fierté pour l’Institut du Bon-Pasteur et un gage de son unité.

Mais pour l’heure, suivons notre Maître pas à pas, dans sa voie douloureuse, pour mériter avec Lui et par Lui, de gouter dès ici-bas les joies inénarrables de son passage, sa Pîque, en la vie éternelle. Le Bon-Pasteur donne sa vie pour ses brebis. Pourquoi cette croix si terrible et tant ignominieuse ? Parce qu’il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Il nous a aimé « in fine », jusqu’au bout, à l’extrême, sans mesure. « Le fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude ».Mc 10. Le prix de notre rédemption (Cette rançon !) n’est pas la matérialité de son martyre mais bien plutôt sa forme, la charité : « Il s’est livré par l’Esprit éternel ». Heb. La croix n’est pas une preuve d’amour, c’est l’amour en acte. Le sang du Fils n’est pas la monnaie de notre salut (Quel père serait-ce là ?) mais c’est bien l’amour consenti librement jusqu’à la folie de la croix. « Ma vie, personne ne me la prend (Pas même le Père !) C’est moi qui la donne ». Le Christ n’a pas obéi, « Il s’est fait obéissant » ce qui n’est pas la même chose. Le Christ a aussi le pouvoir de reprendre cette vie donnée, seul acteur de sa propre gloire. Le secret de la passion et de la gloire de Dieu : Le Père et Moi, Nous sommes Un.

Joyeuses Pâques à tous nos amis.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.