Accueil > Actualité > La vie éternelle.

La vie éternelle.

lundi 5 juillet 2010, par Abbé Philippe Laguérie

M. l’abbé,

Je vous écris car j’ai entendu parler de la clarté de vos exposés sur la doctrine catholique. Aussi, j’aimerais vous poser quelques questions relatives à la vie éternelle que l’on proclame dans le Credo mais dont on ne m’a dit très peu de choses au catéchisme.

La résurrection de la chair n’a lieu qu’au jugement dernier. Mais alors que se passe-t-il pour l’âme après la mort. Est-elle en attente de la fin des temps et inconsciente ? Pourquoi prie-t-on pour les âmes des morts s’il faut attendre le jugement dernier pour que les êtres revivent. Quand on dit de quelqu’un qu’il est au Ciel ou en Enfer, cela ne doit pas avoir de sens puisqu’il faut attendre le jugement dernier pour que cela soit. A moins que le jugement ait lieu juste après la mort.

Par ailleurs, que faut-il penser des expériences de mort approchées (NDE). Le tunnel de lumière, l’accueil par des gens décédés, cela semble proche de ce qu’enseigne l’Eglise sur l’idée d’une vie après la mort.

Enfin qu’entend-on par vision béatifique ? Est-ce la vue de Dieu qui est la récompense éternelle ? Elle doit donc être donnée à des êtres ayant un corps.

En vous remerciant par avance de l’attention portée à ce courriel, je vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments très respectueux.

PR

Cher Monsieur,

Merci de votre confiance, mais convenez avec moi qu’en quelques lignes vous posez une dizaine de questions qui nécessiteraient, chacune d’elles, un véritable traité ! Je débroussaille seulement.

Commençons par ...la fin (Eschatologie, ça le fait mieux). Cinq événements se succèdent à la fin du monde, chronologiquement puisque le temps n’est pas fini. Le grand Acteur : Notre Seigneur Jésus-Christ. C’est Lui qui fait tout.

La parousie : le retour glorieux du Christ sur les nuées du ciel.
La résurrection de la chair : pour tout le monde, sauf les vivants !
Le jugement général.
La fin des temps.
La fin du monde. Avec, sans doute, par après, "une terre nouvelle et des cieux nouveaux".

Cette succession, qui se trouve dans l’Evangile, est d’une rigoureuse logique. Après les tribulations finales et en particulier la persécution de l’Antéchrist (Cf. Thess) où l’on pourrait craindre la disparition de la Foi, le Christ revient triomphalement et anéantit L’antéchrist "du souffle de sa bouche". Il est escorté de myriades d’anges et les hommes sèchent de frayeur dans l’attente de ce qui doit arriver à l’univers. Mais sa première grande oeuvre est de ressusciter tous les morts, mauvais et bons. "Voici venir le temps où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront la voix du Fils de Dieu et en sortiront ; ceux qui ont fait le bien pour une résurrection de vie, ceux qui ont fait le mal pour une résurrection de jugement". Sauf (Thess encore) ceux qui seront encore vivants sur cette terre et ne mourront pas ni ne ressusciteront, évidemment.

Quand tout le monde sera sur pied, Jésus, venu dans l’humilité mais revenu dans la gloire, procédera au jugement général. Cette séance, grandissime et grandiose, s’achèvera par une sentence : la condamnation publique des uns et la proclamation de justice des autres. "Ceux-ci iront à la vie éternelle, ceux-là au feu éternel" dit le Seigneur. Le sort de chacun est définitivement fixé.

Et voilà pourquoi, ipso facto, le temps s’arrête. Le temps, comme perception de l’avant et de l’après du mouvement, est un phénomène purement terrestre et humain. Dès lors que l’intelligence est fixée sur son objet (comme celle de Dieu et des anges qui, de ce fait, ne connaissent pas le temps, ne sont pas dedans) le temps ne s’arrête pas, il disparaît. Facile à comprendre pour les élus puisque Dieu vu par l’intelligence (et non des yeux comme vous dites) est l’objet adéquate de leurs îmes. Très difficile à comprendre pour les damnés, je vous l’accorde, puisque l’objet "fixe" serait plutôt celui de la volonté dans le refus de Dieu...

Puis, c’est la fin du monde. Les étoiles tombent du ciel une à une, les puissances des cieux sont ébranlées (Ces anges qui veillent depuis tant de milliards d’années à ce que la machine céleste ne se dérègle pas et que le ciel ne nous tombe pas sur la tête : ce sont les gaulois qui avaient raison et les scientifiques devront y venir ! Les lois de Kepler et Newton postulent un parfait équilibre des forces, au gramme près). C’est le grand chambardement qui "nettoie le monde "par le feu" dit l’Ecriture.

Mais tout ce qu’a fait Dieu est "bel et bon" et Lui-même a trouvé cela "valde bona", super bien fait. Aussi l’Apocalypse et quelques autres textes (Avec parcimonie, il est vrai, pour que les hommes s’attachent davantage à mériter le ciel qu’à nourrir l’espoir d’un paradis terrestre à deux balles, genre Témoins de Jehovah) nous laissent entrevoir "Une terre nouvelle et des cieux nouveaux" où "le loup et l’agneau habiteront ensemble"... Affaire à suivre.

Ce n’est pas dire, cher monsieur, qu’il faudra attendre cette eschatologie fulgurante pour que le sort de chaque îme soit fixé. La Foi catholique, l’Ecriture et le magistère solennel de l’Eglise disent le contraire. Le pape Benoît XII a défini formellement que : "Les îmes de ceux qui meurent en état de péché mortel descendent aussitôt après leur mort en enfer..." (Dz 965) Idem pour les élus avec Clément VI :"Avant même le jour du jugement elles (les îmes) parviennent à la véritable et éternelle béatitude qui consiste à voir Dieu face à face et à l’aimer" (Dz 966). Il n’y a donc aucun doute que les hommes sont jugés individuellement au moment même de leur mort.

L’ame est consciente après la mort, parce que sa principale puissance (l’intellect-agent des philosophes) est spirituelle et que dans la saisie de "quelque-chose " elle peut aussi saisir l’acte de cette saisie et qu’il y a un truc qui saisit, qu’elle est cette chose saisissante ! Pour les élus, ils se saisissent aussi dans leur cause qui est Dieu... A développer évidemment.

Ce qui veut dire qu’au jour du jugement général et réserve faite de ceux qui y assisteront sans avoir connu ni mort ni résurrection de leur chair, le sort de chacun est déjà fixé. Ce qui explique l’assurance des justes, d’ailleurs, à ce dernier acte de la grande pièce. Pourquoi le jugement général, alors ? Pour des raisons éminemment politiques, bien-sûr. Par définition la justice est une chose publique et chacun doit s’y mesurer dans sa relation aux autres. A commencer par Jésus de Nazareth, le grand bafoué de l’Histoire...

Quant aux questions de tunnel, de lumières, fluos ou pas et autres fadaises qui relèvent bien plus du cirque et de ses "trains fantômes" que de la vérité, je n’y crois pas du tout et ce sont des attrape-nigauds de best-seller pour soutirer du fric. Il faut que les chrétiens s’arrêtent de colporter ces trucs bizarres de NDE, comme vous dites, qui font beaucoup de mal à la Foi. La raison en est fort simple : de deux choses l’une, ou bien l’on est mort ou bien on ne l’est pas. Si on est mort, on en revient pas pour raconter des crétineries. Si on n’est pas mort, qu’on ne vienne pas me raconter ce qu’il y a ...après. Je vous dis qu’on se fiche de nous. La mort est une réalité métaphysique. Les transes hallucinogènes de vivants défoncés "qui vous disent tout" ne m’intéressent pas. Ça présente autant d’intérêt que le récit d’un gars qui se réveille d’un coma au LSD ou à la colombienne pure. Même des gens comme Lazare, la fille de Jaïr ou le fils de la veuve, qui furent bien morts et bien ressuscités n’auraient rien eu à dire parce qu’il ne furent pas jugés... Car c’est là que tout commence.

Le Seigneur a fait litière de ces gamineries dans la parabole du pauvre Lazare et du gros bouffi : "Même si quelqu’un revenait des morts, ils ne le croiraient pas davantage ; ils ont Moïse et les prophètes, qu’ils les écoutent"

Et il y a ici plus que Jonas ! Et il y a ici plus que Salomon ! Jean nous a prévenus :"Celui qui ne croit pas au nom du Fils unique de Dieu est déjà jugé".

Je vous remercie de ces intéressantes questions et vous prie de me pardonner ce brouillon trop rapide.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.