Accueil > Catéchisme en vidéo > Leçon n°8 - L’Incarnation

Leçon n°8 - L’Incarnation

samedi 29 novembre 2014, par Abbé Philippe Laguérie

La vidéo est accessible en ligne sur Youtube.

Vous pouvez télécharger le cours en pdf en cliquant sur l’icône ci-dessous.

PDF - 285.9 ko
Leçon n°8
Catéchisme pour adultes, leçon n°8 : L’Incarnation

Messages

  • Monsieur l’abbé,

    S’il n’existe qu’une personne, celle Divine, en Jésus-Christ, et qu’elle seule s’exprime quand le Christ parle, comment expliquer les moments de "doute" ("Mon Dieu pourquoi m’avez vous abandonné" etc.) dans l’Evangile ?

    • Cher ami,

      Il y a certainement eu quelque chose comme une "éclipse" dans l’âme humaine de Jésus sur la croix, Bien mystérieuse je vous le concède ! Il a pu, justement comme Fils de Dieu, voiler la gloire de Dieu à son intelligence humaine, la priver librement et volontairement de cette vision de Dieu qu’il possédait habituellement dans son âme. Afin de connaître l’horreur totale du péché qui est la privation de Dieu. Saint Paul a écrit qu’Il "s’était fait péché pour nous" ! Porter les conséquences du péché est une chose, normale quand on est soi-même pécheur : c’est justice.. Mais porter le péché lui même en est une autre... Surtout quand on est innocent : c’est à hurler. Voyez comme nous prenons allègrement les péchés des autres ! Oui, le Christ a voulu être écrasé par la faute, comme s’Il était un abominable pécheur. Jusqu’à la malédiction : "Maudis soit celui qui pend au bois..." (Deut. 22)

      Mais notez bien que cette écrasement du Fils de Dieu est selon la nature humaine, laissée à elle même sous le poids de la condamnation. Elle n ’affecte pas l’économie métaphysique du mystère du Christ, quoiqu’elle terrasse le Fils de Dieu Lui-même. Et quand Jésus décide d’y mettre un terme, il prononce ces paroles délicieuses d’abandon : "Mon Père, Je remets mon esprit entre vos mains". Quoique l’injustice de sa mort reste insupportable puisqu’Il expire dans un deuxième grand cri... L’agneau de Dieu est mort dans les rugissements du lion de Judas !

      Ne m’en demandez pas plus, je n’en sais pas davantage.

    • Sur la Crois, Jésus récite les psaumes et notamment le psaume 21 (22)) qui décrit Sa Passion, 1000 ans avant qu’elle ait eu lieu et qui commence précisément par les mots : "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’avez’vous abandonné ?"

      Ses ennemis qui sont présents ne le comprennent pas et pensent qu’Il appelle Eli. Ils ne connaissent pas les Ecritures.

      Mais ce psaume, comme les paroles de Jésus sur la Croix, que rappelle l’abbé,, se termine par un acte de confiance en Dieu.

      Ces paroles de Jésus sur la Croix ne doivent donc pas nous scandaliser, mais au contraire nous prouver l’amour de Jésus pour nous, au point de s’approprier nos nuits de la foi en les dépassant au moment ultime dans un acte de confiance totale.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.