Accueil > Actualité > Roma locuta est.

Roma locuta est.

Rome a parlé : la cause est entendue

mardi 23 avril 2013, par Le secrétaire

Par lettre du 15 avril 2013 adressée à M. l’abbé Philippe Laguérie, fondateur et Supérieur Général de l’Institut du Bon Pasteur depuis sa fondation, son Excellence Mgr Augustine di Noia, Vice-Président de la Commission Pontificale Ecclesia Dei, nomme le Très Révérendissime Père Abbé Emérite de Fongombaut, Dom Antoine Forgeot : "Commissaire plénipotentiaire" du Saint Siège et par conséquent Supérieur Général de l’Institut du Bon Pasteur, pour une durée de six mois, en vue de réorganiser les élections subverties du trois juillet 2012 qui avaient reconduit l’abbé M. Philippe Laguérie pour six ans.
Le site officiel du Bon Pasteur étant réservé à la seule initiative du Supérieur Général (comme depuis toujours), c’est à ce modeste blog du fondateur et du Supérieur Général depuis sept ans qu’il revient de vous annoncer cette bonne nouvelle (même si quelques fuites regrettables ont déjà eu lieu à l’initiative des professionnels de la désinformation).

M. L’abbé Laguérie est très heureux de céder sa place à un prélat aussi prestigieux et lui promet son assistance en toutes choses pour secourir de toutes ses forces l’oeuvre qu’il a fondée voilà sept ans.

Nous connaissons bien et apprécions pareillement le très Révérendissime Père Abbé de Fongombaut : c’est lui qui, en personne, a prêché la retraite annuelle 2012 des prêtres du Bon Pasteur soucieux d’honorer la grâce fondatrice, comme en témoigne cette magnifique photo (trois au sept septembre, la Rivardière, maison centrale de l’Institut du Bon Pasteur).

De gauche à droite : M. l’abbé Yannick Vella, curé de la Maison Mère de l’Institut, la paroisse personnelle Saint-Eloi de Bordeaux, M. L’abbé Philippe Laguérie, fondateur et Supérieur Général de l’Institut depuis sa fondation jusqu’au 15 avril, M. l’abbé David Belon, premier prêtre ordonné de l’Institut (avec M. l’abbé Claude Prieur, le 3 mars 2007), le Très Révérendissime Père Abbé Emérite de Fongombaut, Dom Antoine Forgeot, nouveau Supérieur Général du Bon Pasteur, M. L’abbé Vincent Baumann, premier vicaire du centre Saint Paul (M. l’abbé de Tanoüarn), M. l’abbé Jean-François Billot, secrétaire particulier du Supérieur Général, également vicaire au centre Saint Paul, M. L’abbé Paul Aulagnier, fondateur de l’Institut et du séminaire Saint-Vincent de Courtalain (avec les abbés Laguérie et Forestier) actuellement chapelain de Rolleboise.

Nous nous engageons à aider de toutes nos forces le nouveau Supérieur Général, auquel, M. l’abbé Laguérie est très heureux de céder sa place, et lui promettons fidélité et assistance dans sa lourde tîche pour ramener l’unité autour de l’Autorité du Saint-Siège et de faire cesser la suicidaire dissidence inaugurée en janvier 2012.

Messages

  • Nous sommes un certain nombre de fidèles qui ne souhaite pas de réélection, mais la reconduction pure et simple au superiorat général de Monsieur l’abbé Laguérie
    Instruit des erreurs faites qui mieux que lui pourrait les corriger et assumer au mieux les intérêts de tous

  • Je suis d’accord avec vous pour la reconduction de l’Abbé Laguérie, quand ont voit l’attitude de la communauté, la même chose que dans les entreprises "les vieux dehors" place aux jeunes.
    l’abbé Laguérie avec ce qu’il vient de vivre sera plus fort pour reprendre les commandes, donc d’accord avec vous pas d’élections mais avec de bons conseilleurs pas spécialement menbres du Bon Pasteur, les plus difficile à trouver.

    • "De bons conseillers, pas spécialement membres du Bon Pasteur"... folie !

      Pour beaucoup de fidèles qui ont suivi l’abbé Laguérie, fondateur, ils le pensaient supérieur à vie !... Cette douloureuse épreuve est partagée par beaucoup...

      Ce nouveau pontificat nous laisse un peu perplexe quant à la place de la Tradition et peut-être sa survie ! Nous n’avons pas besoin de conseillers mais de chefs, de Pasteurs...

      Les statuts permettent-ils une nomination de l’abbé Laguérie, supérieur, par Dom Forgeot, sans élections ? comme au jour de la fondation de l’IBP ?

      Nous les fidèles voulons aller au Ciel...avec des Pasteur courageux toujours prêts au grand écart entre Dieu et nous, attentifs, zélés... Il me semble que le ministère de l’abbé Laguérie de ce côté là était édifiant !

    • Pourquoi ne pas faire confiance au Seigneur et à Dom Forgeot ? Un membre fondateur comme M. l’abbé Aulagnier, élu comme supérieur, pourrait faire beaucoup pour l’apaisement et la réconciliation fraternelle de tous - Ceci n’est que mon humble avis et n’enlève rien aux grands mérites de M. L’abbé Laguérie - Prions la Ste Vierge pour ce cher Institut durant ce mois de Marie qui approche -

  • Roma Locuta Est, Causa Finita Est

    Merci de ces informations.
    Mais je suis atterré , monsieur l’abbé par ses dissensions ! Il me semble qu’un fondateur, élu supérieur depuis le début de la Fondation - 5 ans donc, devrait être reconduit sans élection afin
    de consolider son oeuvre toute jeune, fragile ! 5 ans ce n’est rien au regard de l’éternité ! 5 ans pour organiser, créer, gérer... une fondation -un séminaire, des écoles, paroisses...-, si variée, si audacieuse, si nouvelle dans le paysage de la Tradition !

    Vous n’êtes pas seul, Monsieur l’abbé, Je vous ai tant écouté à Saint Nicolas avec tant de joie et de progrès dans ma vie spirituelle que je n’oublierai pas. Je serai là si vous lanciez un appel. Quelles sont vos fonctions pendant ce temps ? où peut-on vous rencontrer ?

    Que ce temps de retraite forcée soit pour vous un moment d’intimité avec Dieu, de commerce d’amitié, qui vous rende plus fort, prêt à cette lourde tâche à embrasser à bras le corps, supérieur général de l’Institut du Bon Pasteur. Si saint Paul est resté trois jours aveugle, ... il est aussi resté bien des années "dans le secret", mais le Fils l’instruisait par la puissance du verbe !C’est la grâce que je vous souhaite dans cette épreuve. Avec l’assuance de ma très haute considération !

    • Voilà une sage réflexion...

      Un mandat de 5 ans... pour fonder, ériger, stabiliser, faire rayonner une oeuvre comme l’IBP est une sottise. ! un fondateur reste fondateur, et donne lui-même le souffle, inspiré du saint-esprit à ce qu’il a élaboré. Même s’il reste un instrument de la Providence divine - surtout s’il reste un instrument de la Providence divine.A moins d’une faute grave, auquel cas ayant démérité....Mais cela ne me semble pas être le scénario souhaité par certains ! Alors, tout le monde à sa place, et la vie continue...

      Je prie pour que Dom Forgeot, avec sa sagesse, sache donner cet apaisement et sérénité chrétienne à cette oeuvre qui le mérite sous la bonne conduite du Pasteur qui l’a fondée et qui a reçu les grâces d’état pour mener ce petit troupeau ! Qu’on se le dise

  • Cher Monsieur l’Abbé,

    juste quelques mots...

    QUAND DIEU EFFACE, C’EST QU’IL VA ECRIRE ...(Bossuet)

    Attendons patiemment, nous sommes à vos côtés.

    H. Relvan

  • La patience mène à tout... Parfois mieux vaut ne pas se prononcer et laisser le temps nous guider vers ce qui nous semble le plus juste et judicieux.

    Le compte titres se démarque de plus en plus si on regarde du coté des banques et des offres qu’elles proposent. De plus en plus de publicité sur l’ouverture de compte titres sont présentes à la TV et dans les journaux.

    Avantages du compte titres

    Le compte titres permet à tout le monde d’investir dans le monde de la bourse grâce à sa souplesse et aux nombres de valeurs mobilières que le CT propose. Ces valeurs mobilières peuvent être françaises, européennes et internationales et comprennent les actions, fcp, warrant, trackers, bons, etc. On comprend mieux pourquoi les français sont de plus en plus tenté par les marchés boursiers.
    Il existe trois comptes titres :

    • l’individuel : un titulaire qui gère son compte
    • joint : 2 personnes qui gèrent un même compte
    • indivis : plusieurs personnes qui gèrent le compte avec obligation que tout le monde soit d’accord pour qu’une opération se fasse

    Pour savoir quel types de compte titres choisir utilisez ce comparatif de compte titres qui vous permettra également de voir les avantages que proposent chaque établissement bancaires.
    Fiscalement le compte titres est peu intéressant voir pas du tout si on le compare fiscalement au plan épargne en action (PEA). En effet les plus values sont imposable à un taux fixe de 24% dès le premier euro de plus-value. A court terme le compte titres peut etre une solution mais dès lors qu’un investisseur pense à investir à moyen et long terme alors il faut plutot penser PEA.

    Avantages du PEA

    Certes ce dernier n’offre pas toute la souplesse du compte titres et la diversités des placements financiers mais le PEA a l’avantage d’être fiscalement meilleur que celui du compte titres. Après 5 ans, les plus values ne sont pas imposables.
    Il existe deux formes de PEA :

    • PEA bancaire : il donne lieu à la souscription d’un compte titres associé à un compte espèces.
    • PEA assurance : se matérialise sous la forme d’un contrat de capitalisation.

    Il y a aussi une limite de montant montant total de tous les versements qui ne peut excéder un plafond de 150000 €. Le PEA peut être transféré dans un autre établissement mais attention aux frais qui peuvent être très chers !

    Le choix est vite fait

    Si vous souhaitez investir à long terme il n’y a pas à hésiter : prenez un PEA (plan épargne actions) qui vous permettra de bénéficier d’avantages fiscaux dès la 5ème année qui a suivit la date d’ouverture de votre compte. Si vous recherchez un nombre de placement variés et à l’internationale alors optez pour le compte titres qui est plus facile à gérer mais plus difficile à accepter au niveau de la fiscalité. Un gros portefeuille préférera dans tous les cas un bon PEA alors qu’un petit sera très satisfait d’un compte-titres.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.