Accueil > Actualité > Un dîner avec Mgr Jacques Gaillot.

Un dîner avec Mgr Jacques Gaillot.

mardi 24 août 2010, par Abbé Philippe Laguérie

Le lundi 5 juillet dernier, j’avais la joie de recevoir à dîner en la Maison Centrale, Mgr Jacques Gaillot, ancien évêque d’Evreux et actuellement évêque (In partibus infidelium) de Partenia. Ce fut une bonne soirée, vraiment, et sur plus d’un point, malgré des divergences de vues qu’on peut naturellement supposer, très instructives. En tous cas, une confrontation riche de nos différences qui, sur plus d’un point, se rejoignent fort curieusement.

Mais pourquoi avoir invité Mgr Gaillot, direz-vous ? Je réponds tout de go : et pourquoi pas ? C’était, il est vrai, quelque peu intéressé. Je venais d’apprendre que le Cardinal Canizares ne viendrait pas à Saint-Eloi pour les ordinations du 10 juillet (j’en connais à présent la raison et je préfère, pour l’heure, la garder pour moi : c’est inouï). J’avais quinze petits jours pour trouver un évêque catholique, fin juin-début-juillet. Véritable mission impossible, quand on sait qu’il faut parfois s’y prendre plus d’un an à l’avance. J’ai demandé à l’évêque auxiliaire de Paris, Mgr de Moulins-Beaufort qui, sauf engagements familiaux pris de longue date, fût venu très volontiers. Qu’il en soit vivement remercié. Finalement la délicieuse charité de Mgr Appignanesi et son affection pour le Bon-Pasteur ont pourvu admirablement. J’ai alors songé que, si j’avais une promesse ferme de Mgr Gaillot en personne, il serait assez facile de convaincre nombre de ses confrères en l’épiscopat...

Bien. Mgr a été un peu surpris mais je crois que, s’il n’avait eu un mariage ce jour-là, il aurait accepté le principe. Intrigué, on s’en doute, il voulait de toute façon en parler avec moi. Je l’invite donc, il accepte et arrive pile à l’heure. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup (déjà). Le respect qui leur est dû m’oblige à ne pas citer ceux de ses confrères, auxquels il ne ressemble pas, qui ne répondent pas aux lettres, refusent de vous recevoir ou vous envoient promener de la plus belle manière…

Il faut dire que nous nous connaissions de longue date, comme frères ennemis. Les combats ont cessé mais la fraternité a demeuré. Je lui rappelais sans ambages que j’organisais des manifs devant la Nonciature, depuis Saint-Nicolas du Chardonnet, pour qu’il fût mis à pied. Et comme nous savions l’un et l’autre que ça n’avait eu aucune influence, nous en avons bien ri, en trinquant de bon cœur. Nous-nous étions aussi empoignés à la télé (De ce temps lointain où la télévision française invitait toujours des gens dont la pensée n’était pas encore formatée et abrutie par ses diktats. Je me souviens de la célèbre émission « Ciel mon Mardi » où j’affrontais seul, sur le préservatif de surcroit, Christophe de Chavannes, Bernard Tapie et …Mgr Jacques Gaillot. Belle époque de liberté révolue où le seul voyou des quatre était évidemment le présentateur. Mais tout cela crée des liens.

Le dénominateur commun qui me rend cet évêque sympathique est sans doute la persécution. Vous me direz à juste titre que c’est le motif de la persécution qui importe et qu’il est même des persécutions qu’on n’a pas volées ! Mais enfin, cette persistance à accepter patiemment un sort d’éternel banni finit par vous rendre héroïque ! Car au « bon » temps de l’inquisition on n’était pas si sévère. On s’occupait du prévenu, on lui demandait rétractation de ses erreurs, avec beaucoup de charité parfois (La mansuétude du Cardinal Cajetan vis-à-vis de Luther, par exemple). On ne se contentait pas de le désigner comme un diablotin, sans lui laisser d’autres chances que de finir ses jours en proscrit… Pour des raisons opposées sans doute, Mgr Lefebvre et Mgr Gaillot ont subi quelque peu le même sort. On se souvient que le recours à la Signature Apostolique du premier fut rejeté d’un trait de plume du Cardinal Villot, Secrétaire d’Etat.

Rassurez-vous, dans son chômage forcé, Mgr s’occupe. Son site « Partenia » fait 9000 lectures par jour. Qui dit mieux ?

Nous avons tout de même abordé des questions de fond. Sur cette éternelle « charité » qui ouvre toutes les portes, excuse toutes les irrégularités et même veut fermer les yeux sur la délinquance, Mgr Gaillot finit par convenir qu’un Etat qui s’y adonne sans mesure court lui-même à sa ruine et se prive finalement des moyens de sa folle miséricorde. Bref, il reconnaît avec Chesterton que « Le monde est rempli de vertus chrétiennes devenues folles » et que la charité sans l’ordre qu’elle perfectionne n’est qu’une utopie dévastatrice. Avec l’îge sans doute (il a 75 ans qu’il porte très bien), le bon sens finit par l’emporter. Il n’y a que les ados de gauche qui pensent qu’on peut éternellement piquer dans la caisse sans qu’elle se vide un jour…

Quand on en vient à l’affaire de Thiberville, il est scandalisé. C’est lui qui a nommé le curé Michel et connaît son zèle. « Je tolérais très bien, dit-il, le Père Mongomery-Wright, et n’aurais jamais songé à l’inquiéter, il faisait du bon travail ». « Quand je songe qu’on en est déjà au contentieux et bientôt aux censures canoniques, ajoute-t-il, c’est effrayant ».

Bref, un libéral sans doute et de grand chemin, mais logique avec son option et en rien sectaire, étriqué, rabougri par le pouvoir à conserver jalousement. Il l’a perdu et s’en porte, ma foi, fort honorablement. L’Eglise aussi ? Ce n’est pas sûr, tant il est vrai que le sectarisme aveugle peut faire autant de mal que le libéralisme clairvoyant.

P.S. J’avais une belle photo à mettre en ligne mais j’en fus incapable. Et mes techniciens sont en vacances… A suivre.

Messages

  • C’est une joie de vous lire M l’abbé. la longue marche de l’unité de l’Eglise passe par la prière et par le dialogue entre les pasteurs du troupeau.
    Pratiquant dans la forme extraordinaire et je n’ai pas hésité un instant à faire baptiser mes enfants par Mgr Gaillot .

  • Le grand gagnant dans cette rencontre est le triomphe de la charité.Quelle joie pour Dieu !

  • Bonsoir,

    eh bien, pour une surprise, c’est une surprise ! Que vos deux personnalités que je suppose, sans doute à tort, aussi opposée l’une à l’autre, puisse s’accorder à passer une soirée paisible, voilà qui laisse quelque motif d’espoir dans la réconciliation entre les différentes « sensibilités » de l’Église. Pouvoir se parler, sans s’invectiver, sans haine, quel progrès !

    Puis-je vous demander si vous avez abordé la question des discussions doctrinales en cours entre la FSSPX et le Vatican ?

    En union de prière.

    Jibitou, Catholique Aujourd’hui

  • Monsieur l’Abbé,
    J’ai lu avec intérêt ce récit, et la mise en avant de la "bonne foi" de Mgr Gaillot ; ce qui m’a conduit à aller consulter son site internet (partenia.org). Dans sa biognaphie il mentionne : "Quittant l’évêché d’Evreux, Jacques Gaillot logea une année dans le célèbre squat de la rue du Dragon à Paris, au milieu des familles de sans-papiers.".

    Tous les habitants du quartier pourront confirmer que c’est absolument faux, il logeait bien rue du Dragon, mais chez sa mère (qui habitait la rue), chez qui il rentrait tous les soirs.

  • Moi, ce qui m’intéresse Monsieur l’Abbé, c’est le menu. Epicurien de nature, je suis aussi curieux de savoir quels étaient les mets proposés à votre dîner. A plus de vous lire, je vous découvre et vous êtes ma foi (sic) assez passionnant à lire. Croyant, non pratiquant, quoique.... cela fait 55 ans que je cherche... j’ai encore du temps.
    Bien à vous Monsieur l’Abbé.

    • Bien cher Pierre-Edouard,

      Vous aussi m’avez bien amusé. Il est des gens qui prennent tout au drame et ne sachant lire entre les lignes, lisent au travers. En demandant le menu, vous êtes ...succulent ! Tout comme lui, d’ailleurs. J’ai une excellente cuisinière qui fait bon et léger à la fois. Je n’ai pas le détail mais je crois qu’il y avait en entrée un carpaccio de saumon fourré au coulis de crevettes... Je vous dis pas !

      Vous avez le bon sens de la Foi qui fait tant défaut. Priez un tout petit peu et tout ira bien. Rien d’un mécréant en tous cas. Je vous bénis de tout coeur !

  • Pardon pour la violence du titre, mais permettez-moi, Monsieur, l’Abbé, de m’étonner de de votre empressement à dérégler des pendules que tant d’autres s’efforcent, avec constance et dévouement, de remettre à l’heure ! Oui ou non, la messe célébrée chaque jour par Monsieur Gaillot est-il valide ? Il faut avoir le courage des mots : ce "prélat" que le pape a, à juste titre, envoyé évangéliser les scorpions et les coléoptères du désert algérien, est hérétique ! Oui, cet homme, qui a accepté de composer avec le siècle et ses maximes trompeuses, est dans l’erreur. Comment un homme tel que vous, qui êtes une référence, a-t-il pu accepter de dîner avec le diable ? Quels enjeux inavouables se dissimulent derrière cette démarche ? Encore pardon pour la violence de ces propos, mais elle n’a d’égal que la surprise et l’incompréhension suscitée un peu partout par votre démarche.

    • Cher Hervé,
      Oui , la messe célébrée chaque jour (c’est peut- être s’avancer sur le quotidien) par Mgr Gaillot est valide, que ça vous dérange ou non. Oui, je bouscule les pendules et je prétends les régler plutôt. Oui, Jacques Gaillot nous scandalise par ses propos et ses déclarations de guimauve, faciles et sans lendemain. Et alors ? Vous voulez prouver quoi ? Que je devrais choisir mieux mes invités ? Mais avez-vous lu l’Evangile une seule fois, intelligemment ? Le Seigneur fricote sans arrêt avec les pécheurs et fait la plupart de ses miracles un sabbat. Un provocateur, comme Jacques Gaillot ?

      Mais tout cela on s’en fiche. Ce qui compte seul , c’est où ça mène. Et voilà bien la différence entre ces deux attitudes. La provoque pour la provoque, c’est le néant en guise d’être, la nullité érigée en système, en herzastz de personnalité, le comble ! La vraie personnalité, c’est le bien , le beau , le vrai, le surnaturel surtout, en un mot la justice du Royaume des cieux. Et le reste, on s’en fîche. Au contraire, si on choque, c’est une preuve supplémentaire. La huitième béatitude, résumée de toutes les autres. Ceux qui croient que l’abbé Laguérie a endossé une seule thèse de Mgr Gaillot sont des imbéciles ou font semblant de l’être, les hypocrites. Mais où diable le dit-il ? Au XXIème siècle, un évêque n’est pas sectaire, ça mérite d’être signalé, même s’il doit y en avoir beaucoup d’autres, on suppose...

    • Monsieur l’abbé,

      Recemment converti au catholicisme et issu d’une famille musulmane je decouvre votre blog avec grand interêt, je suis profondément peiné par cette mise à l’écart et à une certaine forme de présentation dont vous faites l’objet.

      Je decouvre par vos écrits que vous êtes bien plus ouvert à la discussion qu’on ne veut bien le dire et très loin d’un prétendu sectarisme.

      Vos écrits Monsieur l’Abbé sont pour moi un enrichissement et un creuset de reflexions merci

      Mehdi

  • Très bel article.........(un dîner acec Mgr Jacques Gaillot).

  • Bravo pour cette actus comme toujours rudement bon

    vouer vous pourrez aussiinoculerPK pasplonger referenceur referencement wix ou alors referencement internet mais aussi referencement wiki
  • C’est une joie de vous lire M l’abbé. la longue marche de l’unité de l’Eglise passe par la prière et par le dialogue entre les pasteurs du troupeau. Pratiquant dans la forme extraordinaire et je n’ai pas hésité un instant à faire baptiser mes enfants par Mgr Gaillot .

    Vous êtes à la recherche d’un template Wordpress pour créer votre blog ou votre site Internet. Univ WP est la solution. Vous trouverez le thème de vos rêves.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.